La Ferme du Labouran

Histoire

La construction qui subsiste aujourd’hui ne constitue en fait que les dépendances du château du Labouran lui-même. Les deux bâtiments (château et dépendances) furent construits vers 1850. Un premier château le précéda, on en devine les ruines des fondations au milieu du pré.

Dans la première partie du XXème siècle, mme Henriette de Laborde d’Arbrun le reçut en héritage familial. Elle l’occupa avec sa famille comme résidence de vacances. Mariée en 1926 avec M. le Baron de Cardaillac (de Duhort Bachen), elle eut quatre enfants.

Le domaine comprenait 18 métairies dans le village : Petit Labouran, Brethes, Paillon, Paguehiou, Catalancot, Fléchet, Trouilh, Peyries, Menaout, Pellegris, Lamaison, Lhomidarme, Bignaou, Houlon, Grand Catalan, Goulic et Grand Camp. En l’absence du propriétaire, un régisseur servait de lien entre le Baron et ses métayers, il était chargé de l’entretien des dépendances et de l’airial. Mme Jeanne Loupien, grand-mère de paulette Pédeluc fut régisseur. Ensuite M. Gaston Paul Cadillon, père de Lucienne Lageyre le fut de 1926 à 1950, puis à sa mort, son gendre : Raoul Lageyre.

La château a servi en 1936 à l’hébergement des deux familles de réfugiés espagnols fuyant Franco puis, pendant l’exode de 1940-41, à une famille d’Alsaciens. Après la guerre, le château ne fut plus entretenu et se délabra petit à petit. L’actuel propriétaire M. Jacques Saint-Jean finira de démolir en 1970 ce qui restait des ruines.

L’ancienne chênaie multi centenaire qui entourait le domaine n’existe plus ; on trouve seulement quelques vieilles et énormes souches d’arbres. L’allée d’ormeaux conduisant au château et à la petite construction servant de pigeonnier. L’habitation du régisseur ou gardien de la demeure faisait partie des dépendances. La belle bâtisse qui reste également est toujours utilisée à des fins agricoles pour le rangement des outils et machines, des garages à tracteurs, des greniers à récoltes, des abris de la volaille et du bétail : le tout organisé autour d’une vaste cour carrée équipée d’un puits dans un angle.

Aujourd'hui

Chrystelle et Franck, troisième génération d’agriculteurs passionnés, perpétuent dans un cadre historique, les anciennes dépendances du château de Poyartin, et dans la tradition landaise, l’élevage de volailles fermières et le gavage de canards gras. Les volailles sont élevées en plein air et nourris avec des céréales issues de l’exploitation. Les canards sont gavés au grain entier avec du maïs produit sur la ferme.

C’est dans ce lieu magnifique, mémoire de la ruralité chalossaise, qu’ils pérennisent le savoir-faire landais, dans le respect du bien-être animal, pour vous garantir des produits de qualité pour votre plus grand plaisir.

La ferme du Labouran est labellisée « Bienvenue à la ferme » et Chrystelle et Franck vous accueillent pour vous faire découvrir leurs productions :

  • Volailles fermière (poulets, chapons, cailles)
  • Conserves traditionnelles de canards gras (foie gras, confits, rillettes, gésiers confits…)